{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Scolarisation bilingue en langue des signes et langue française

Créé le 13/03/2018 Mis à jour le 08/11/2018

Le bilinguisme constitue un choix éducatif pour son enfant sourd. Il s'agit de lui permettre de communiquer à la fois en langue des signes et en français écrit.

Une scolarisation bilingue consiste à proposer des apprentissages en langue des signes, tout en acquérant le français écrit.

Vidéo

Article en langue des signes française

La définition officielle du bilinguisme à l’école

La circulaire n° 2008-109 du 21-8-2008 définit ainsi le biliguisme à l’école :

« Il convient de préciser, dans le cadre de l'enseignement scolaire, le sens de l'expression «communication bilingue» contenue dans l'article L. 112-2-2. Les précisions qui suivent résultent des conclusions unanimes d'un groupe d'experts, compétents dans le domaine de la linguistique, de la déficience auditive, de la communication et de l'institution scolaire, mis en place par le ministère de l'Éducation nationale en 2006.

Le bilinguisme s'inscrit dans les potentialités individuelles de chaque enfant. À partir de l'apprentissage ou de la consolidation de sa connaissance de la langue des signes française, l'institution scolaire s'efforce de construire pour chaque élève sourd dont la famille a fait ce choix, un accès graduel au français en s'appuyant d'abord sur le français écrit dont la maîtrise est le minimum indispensable pour attester du succès du bilinguisme choisi, et la responsabilité propre de l'Éducation nationale pour tous les jeunes, sourds ou entendants.

Dans la vie du jeune sourd, la pratique de la langue des signes française tient lieu d'équivalent de communication orale, et la langue française écrite tient lieu de langue écrite, moyen capital de la communication par écran (messages de type SMS, internet...) dont la place ne cesse de croître dans la vie sociale et s'avère plus que jamais le moyen par excellence de communication entre les sourds et la majorité des entendants.

Dans le cadre du bilinguisme en situation scolaire, l'accès à la forme orale du français, nécessairement variable selon de nombreux paramètres propres à chaque enfant et à son milieu, apparaît comme un complément important qui ne saurait être ni ignoré ni construit de façon privilégiée. Il est souhaité, autant que faire se peut, que les jeunes sourds aient un accès même limité à l'oral. Cependant, dans l'ensemble du parcours scolaire, les jeunes sourds ayant fait le choix de la communication bilingue ne seront pas évalués sur leurs compétences en français oral qui, par conséquent, ne sera pas systématiquement enseigné. »

De l’expérimentation militante à la reconnaissance officielle

Les classes proposant un enseignement bilingue ont commencé à voir le jour dans les années 80 sous l'impulsion de parents et de professionnels engagés. L'association 2 Langues Pour une Education (2LPE) fut par exemple une association pionnière à proposer un tel dispositif d'enseignement, notamment à Poitiers dès 1984 (en savoir plus sur le site de l'association 2LPE).

La loi 91-73 (titre III) article 33 du 18 janvier 1991 reconnaît la liberté de choix entre « une communication bilingue-LSF et français et une communication orale. »

La loi de 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées crée :

  • L'article L112-2-2 du Code de l’éducation « Dans l'éducation et le parcours scolaire des jeunes sourds, la liberté de choix entre une communication bilingue, langue des signes et langue française, et une communication en langue française est de droit. »
  • L’article L312-9-1 du Code de l’éducation « La langue des signes française est reconnue comme une langue à part entière. Tout élève concerné doit pouvoir recevoir un enseignement de la langue des signes française. Le Conseil supérieur de l'éducation veille à favoriser son enseignement. Il est tenu régulièrement informé des conditions de son évaluation. Elle peut être choisie comme épreuve optionnelle aux examens et concours, y compris ceux de la formation professionnelle. Sa diffusion dans l'administration est facilitée. »

Des textes d’application :

Les textes en vigueur aujourd’hui

Suite à cette nouvelle législation, l'Education nationale a élaboré et mis en œuvre différents textes, voici ceux en vigueur :

  • L’arrêté du 3-6-2009 « Programme de l'enseignement de la langue des signes française au lycée d'enseignement général et technologique et au lycée professionnel »
  • L'arrêté du 11 juillet 2017 fixant les programmes d'enseignement de la langue des signes française à l'école primaire et au collège
  • La circulaire n° 2017-011 du 3-2-2017 relative à la mise en œuvre du parcours de formation du jeune sourd (PEJS)

L’organisation des classes bilingues

Le Pôle d’enseignement pour les jeunes sourds (PEJS) est instauré par la circulaire n° 2017-011 du 3 février 2017. Il s’agit d’un dispositif pouvant être mobilisé au service de la scolarisation des jeunes sourds dans le cadre d’un choix de langue défini (choix entre une communication bilingue - langue des signes française et langue française - et une communication en langue française). Si vous avez fait le choix d’une communication bilingue, votre enfant pourra être orienté par la CDAPH vers le PEJS de votre académie.

C’est un dispositif qui assure un parcours scolaire dans la langue choisie.

Il se met progressivement en place dans les académies et peut ne pas avoir encore cette dénomination.

Des interlocuteurs au sein de l'Education nationale (inspecteur ASH, enseignant référent) peuvent également vous guider quant aux solutions existantes et aux démarches à effectuer.