{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Quel mode de garde pour un jeune enfant sourd ou malentendant ?

Créé le 09/06/2020 Mis à jour le 24/06/2021

Vous venez d’apprendre que votre enfant est sourd ou malentendant, et vous vous interrogez sur son mode de garde.

Crèche, nounou, personne à domicile ?

A toutes les questions que l’on se pose au moment de choisir un mode de garde pour son bébé, des interrogations peuvent se rajouter autour du moyen de communication, de l’accueil de son enfant avec d’autres enfants, de l’adaptation des adultes à ses besoins spécifiques…

 

 

Article en langue des signes française

Quel mode de garde privilégier : individuel ou collectif ?

Pour certains bébés sourds, le bain de communication offert par la collectivité peut être stimulant. Pour d’autres l’échange plus individualisé avec une assistante maternelle peut se révéler riche. Comme pour tout enfant, la réponse n’est pas unique. Cela dépendra de votre choix et sera parfois aussi imposé par les possibilités autour de vous.

Les établissements d’accueil pour jeunes enfants ont pour mission d’accueillir tous les enfants. L’accueil de tous est une de leur mission. Certaines structures et assistantes maternelles peuvent avoir mis en place des projets spécifiques pour accueillir des enfants en situation de handicap ou des enfants sourds ou malentendants.

Pour identifier les ressources autour de la garde des enfants, vous pouvez contacter la Protection Maternelle et Infantile -PMI- de votre secteur. C’est un service du département qui accompagne les parents dans le développement de leur enfant de 0 à 6 ans, et qui assure un rôle de suivi auprès de tous les modes de garde. De nombreux départements ont mis en place des pôles ressources petite enfance et handicap.

Une relation de confiance

Quel que soit le mode de garde, avant tout c’est une relation de confiance et de partage qui va nourrir votre enfant sourd ou malentendant. En rencontrant l’assistant maternel/l'assistante maternelle, la personne à domicile, le directeur ou la directrice de la crèche, n’hésitez pas à partager les besoins, les difficultés, mais aussi les compétences de votre enfant.

Les professionnels de la petite enfance sont là pour accompagner les enfants, tous les enfants, dans leur développement et dans le respect de leur rythme. C’est la spécificité de leur travail.

C’est parfois au cours de l’accueil que les troubles de l’audition auront été diagnostiqués, et peut-être que c’est en échangeant avec les personnes qui entourent votre enfant que vous aurez fait la démarche de consulter un médecin. Les professionnels seront là pour continuer leur accompagnement et adapter leur présence auprès de votre bébé sourd ou malentendant

Le décret d'août 2000

La mission des crèches est d’accueillir tous les enfants comme le définit le décret d’août 2000 : « Les établissements et services d’accueil veillent à la santé, à la sécurité, et au bien- être des enfants qui leur sont confiés, ainsi qu’à leur développement. Ils concourent à l’intégration sociale de ceux de ces enfants ayant un handicap ou atteints d’une maladie chronique... » :

 

Les textes réglementaires sur le site EnfantDifférent.org

Et arrêter de travailler ?

Vous pouvez aussi faire le choix de rester auprès de votre enfant. Des aides sont là pour vous le permettre.

Faire du lien

Votre bébé bénéficie d’un suivi avec un médecin (pédiatre, médecin de famille, professionnel de la Protection Maternelle et Infantile, Médecin ORL) mais aussi souvent par d’autres professionnels : orthophoniste, psychomotricien,etc.  Vous êtes peut-être aussi accompagnés dans le cadre d’une équipe pluridisciplinaire comme un CAMSP, ou un SAFEP -cette structure intervenant sur notification de la MDPH. Vous pouvez faire du lien entre ces professionnels et ceux de la petite enfance. N’hésitez pas à les solliciter pour qu’ils expliquent les besoins d’un enfant sourd ou malentendant et donnent des conseils pour aménager l’accueil de votre enfant.

Soutenir la communication

Les jeunes enfants utilisent naturellement le visuel pour communiquer. Crèches, assistantes maternelles, personnels à domicile utilisent déjà de nombreux outils de communication utiles pour tous les enfants qui ne sont pas entrés dans le langage : image, codes couleurs, jeux de doigts, comptines à gestes… Quand un enfant sourd ou malentendant est accueilli, il bénéficiera de tout cet environnement qui stimule la communication.

Et pourquoi pas essayer les gestes associés à la parole ?
Depuis plusieurs années maintenant, certains parents mais aussi certains professionnels font le choix d’utiliser les gestes associés à la parole. Ces gestes proviennent du vocabulaire de la langue des signes française - LSF. Ils peuvent être utiliser pour souligner des mots lorsqu’ils parlent à de tous jeunes enfants.
Les gestes associés à la parole peuvent être utilisés pour tous les enfants : enfants entendants, enfants ayant des troubles de l’audition, ou d’autres troubles… Il permet aux enfants d’identifier le mot-clé dans une phrase, d’inciter l’adulte à avoir une posture propice à la communication (se mettre à la hauteur de l’enfant, ralentir, chercher son regard…)
Attention, si vous avez fait le choix d’une éducation en LSF pour votre enfant sourd, les gestes associés à la parole ne sont pas la LSF, et ne lui permettront pas d’acquérir une langue de communication complète. Il sera nécessaire de développer un bain de LSF dans d’autres contextes : familiaux, associatifs etc.

Appareils auditifs et implants cochléaires ?

Si vous avez fait le choix d’appareiller ou d’implanter votre bébé, vous pouvez avoir des inquiétudes au sujet de l’appareillage quand l’enfant est accueilli chez sa nounou ou dans sa crèche.

Positionner l’appareil, les bons gestes à avoir, l’attitude vis-à-vis du matériel sera propre à chaque enfant. C’est par le lien entre l’accueillant·e, les parents et les professionnels que de bonnes pratiques pourront se mettre en place. Les professionnels qui vous accompagnent (CAMSP, SAFEP, orthophoniste, audioprothésiste…) seront là aussi des interlocuteurs privilégiés.
L’équipe du CNIS a rédigé un article spécifique sur l’appareillage chez les tout-petits.

Vous pouvez être inquiets des éventuels pannes ou casses de l’appareillage. Ils ne sont pas si fréquents, l’enfant appareillé prend souvent assez vite conscience de l’importance d’en prendre soin. Un problème peut toutefois survenir. Selon les circonstances, votre propre assurance ou l’assurance du lieu ou de la personne qui l’accueille peut alors entrer en jeu.
Votre assurance multirisque habitation peut couvrir l’appareillage auditif, n’hésitez pas à vous renseigner avant de souscrire une autre assurance. Votre audioprothésiste peut en proposer une, certaines associations de parents ou de personnes sourdes ou malentendantes proposent aussi un contrat de groupe. Vous pouvez vous renseigner et comparer ce qui vous paraît le plus adapté.