{$temp.oBarreOutils.print}
Envoyer par email

Les pôles d'enseignement pour les jeunes sourds - PEJS

Créé le 30/07/2020 Mis à jour le 03/05/2021

Les pôles d’enseignement pour les jeunes sourds ou PEJS ont été mis en place par la circulaire 2017-011 du 3 février 2017.

Ils ont été créés pour répondre aux textes législatifs notamment l’article L112-3 de l’éducation qui pose le principe de « la liberté de choix entre communication bilingue (langue des signes et langue française) et une communication française » tout en restant dans le cadre de l’école inclusive comme définie dans la loi pour la refondation de l’Ecole de la République (loi n°2013-595).


Ils font suite aux PASS – Pôle pour l’accompagnement à la scolarisation des jeunes sourds. 

 

Article en langue des signes française

Qu'est-ce qu'un Pôle d'enseignement pour les jeunes sourds ?

Le PEJS consiste en un regroupement d’élèves sourds au sein d’établissements qui permet un parcours sur l’ensemble du primaire et du secondaire, de la maternelle au lycée. Il est prévu que chaque académie dispose d’un PEJS. Ce regroupement permet d’éviter l’isolement de l’élève et de favoriser notamment les échanges au quotidien en langue des signes ou en langue française parlée complétée.

L’orientation en PEJS se fait sur notification de la CDAPH, il est donc nécessaire que cela soit envisagé dans le projet de vie, et inscrit dans le projet personnalisé de scolarisation.

Les modalités concrètes peuvent différer d’un dispositif à un autre et de son orientation bilingue ou française.

En savoir plus ?

Infographie du ministère de l’Education nationale sur la scolarisation des jeunes sourds de la maternelle au lycée

circulaire 2017-011 du 3 février 2017 sur la mise en oeuvre du parcours de formation du jeune sourd

Quel parcours au sein d'un PEJS ?

Deux parcours doivent être possibles dans un PEJS :

  • Un parcours bilingue qui s’appuie sur la LSF comme langue de communication et le français écrit.
    L’enseignement se fait en langue des signes et la LSF y est aussi un objet d’apprentissage.
  • Un parcours qui privilégie la langue française orale comme écrite.
    Le parcours en langue française peut se faire avec un appui avec la langue française parlée complétée - LPC. Un complément en LSF peut être fait pour ces élèves ayant fait un choix oraliste.

Le programme est le même que pour tout élève, et s’appuie sur le socle commun de connaissances. Pour les deux parcours, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture est une priorité en s’appuyant sur des méthodes pédagogiques adaptées.

Ce dispositif n’est pas exclusif, ce n’est pas un passage obligatoire pour un élève sourd ou malentendant. Il peut poursuivre sa scolarité en milieu ordinaire, dans une ULIS, ou alors dans un établissement spécialisé.